Installation de Domino sous Linux

L'installation de Domino a été réalisée sous Debian, cependant en cas de spécificités liées à cette distribution, la manipulation "universelle" correspondante est précisée si possible.

Remarques importantes

Création des utilisateurs

Avant de lancer l'installation, il faut créer un utilisateur "notes" (ainsi que son groupe), utilisateur qui va lancer le serveur. Sous Debian il suffit d'exécuter la commande suivante:

# adduser --system --group notes

Sinon les commandes suivantes devraient convenir (il faut déterminer un uid et un gid, suivant disponibilités dans /etc/group et /etc/passwd, une valeur égale entre uid et gid est possible et pratique, et souvent entre 100 et 500 pour les comptes système):

# groupadd -g <gid> notes
# useradd -u <uid> -g <gid> -d /home/notes -s /bin/false notes

Lancement de l'installation depuis le CD-ROM

Monter le CD-ROM d'installation (ici appelé "Linux: Global English Edition" pour RedHat AS 2.1 pour Intel Pentium). Il est considéré ici que le point de montage est "/cdrom":

# mount /cdrom

Se placer dans le répertoire d'installation et lancer l'installeur:

# mount /cdrom
# cd /cdrom/linux
# ./install

Si l'erreur "Permission denied" apparait et que vous etes bien "root" (la commande "id" renvoie uid=0) il est possible qu'il faille autoriser le système à exécuter des programmes depuis le CD-ROM:

# mount -o remount,exec /cdrom
# ./install

Installation

Après avoir accepté la license, il faut déterminer si l'on veut installer ou mettre à jour des répertoires de travail existants. Dans le cas de l'installation d'un nouveau serveur, répondre "No".

Le type d'installation retenu est "Domino Entreprise Server". Il convient d'en installer tous les fichiers template "Yes", et de désactiver la fonctionnalité d'ASP (pour Application Service Provider).

Le chemin d'installation est à choisir au cas par cas, et souvent sujet à de longues discussions pour en déterminer le meilleur. Ce sera typiquement "/opt/lotus", "/usr/local" ou "/usr/local/lotus". Ici ce sera "/usr/local/lotus" car l'installeur de la Debian ne laisse pas de place dans "/opt" dans sa configuration automatique "multi-user", et l'installeur Domino suffixe toujours "/lotus" à son chemin si nécessaire.
Il ne devrait pas être nécessaire de créer le lien symbolique "/opt/lotus".

Ici on ne veut pas faire tourner plus d'un serveur sur l'installation en cours.

En ce qui concerne l'emplacement des fichiers de données, d'une manière générale on choisirait "/var/lib/lotus" ou le répertoire de travail de l'utilisateur possédant le service. Ici la partition la plus grosse est "/home", elle est donc utilisée ("/home/notes/data" par exemple).

Comme indiqué au départ de l'installation, on choisit ici utilisateur et groupe "notes".

Je n'ai testé ici que "Manual server setup".

L'installeur copie alors les fichiers comme spécifié.

Configuration du serveur

L'installeur recommande alors de procéder comme suit:

  1. Se logger en tant que "notes"
  2. Se rendre dans le répertoire de travail de Domino: "/home/notes/data" (ou l'ajouter à sa variable d'environnement PATH)
  3. Configurer le serveur en lancant la commande: "/usr/local/lotus/bin/server"

Dans le cas d'un utilisateur système, normalement il n'est pas possible de s'y connecter. Nous allons ici y déroger:

# usermod -s /bin/bash notes
# su notes

Et alors:

$ cd ~/data
$ /usr/local/lotus/bin/server

Le programme de configuration est graphique. Si il n'y a pas de session graphique directement accessible, il est possible d'ouvrir localement sa session:

$ xhost +local:

Et si nécessaire:

$ DISPLAY=:0 /usr/local/lotus/bin/server

Il faut alors répondre aux questions d'intégration du serveur au réseau existant. Ici un fichier id a été généré sur le serveur principal, et copié depuis un partage windows:

# mkdir -p /mnt/<server>/<share>
# mount -t smbfs -o username=<username> //<server>/<share> /mnt/<server>/<share>

Une fois la configuration achevée, lancer le serveur à l'aide de cette même commande (toujours en tant que notes):

$ /usr/local/lotus/bin/server

Maintenance du serveur

Une fois le serveur lancé, il est administrable à distance, à partir de Domino Administrator.

Un problème subsiste: lancer le serveur au démarrage. Un script init a été écrit, "/etc/init.d/notes", et placé pour exécution au démarrage:

# for i in 2 3 4 5; do ln -s ../init.d/notes /etc/rc$i.d/S40notes; done

Quant à relancer ou arrêter le serveur proprement, depuis la machine hôte, je n'ai pas trouvé d'autre solution que de redémarrer la machine.